Chanson francophone 3e édition, retour sur la belle finale

Publié par le 24 mars 2018

Presque deux heures d’un show millimétré où la diversité du monde francophone à été célébrée, ainsi se résume la finale de la 3e édition du concours « Chanson francophone » à l’Institut français ce 22 mars. Dame pluie n’a pas gâché ce moment de bonheur en dépit du ciel gris, dépourvu d’étoiles ce jeudi.

Que ça soit dans la catégorie interprète ou celle des compositeurs interprètes, le public a pu profiter de propositions variées. Le jazz, la soul, la chanson française, la world beat… Le look de nos artistes était tout aussi soigné. Il y en a qui ont opté pour des habits extravagants, d’autres ont fait un clin d’oeil à la « french touch » sans oublier ceux qui ont rendu hommage au design « lakay ».

En attendant la délibération du jury, Tamara Suffren, plus que féline, a occupé le public notamment avec sa reprise épique du standard « Kamyonèt cheri ». Vint ensuite le moment de suspense où l’on apprend que Loutchina Décius de Carrefour a supplanté ses 6 compétiteurs de la catégorie interprète et qu’ Ulysse Nickenzy a dominé ses 5 rivaux dans la catégorie « compositeurs interprètes ». Samuel Joseph Amisial obtient la mention du jury dans cette deuxième catégorie pour sa performance à tout casser sur un titre aux sonorités locales baptisé « Lettre ouverte ». Jean Mathiot, directeur de l’Institut français, explique que le jury n’avait pas prévu qu’un deuxième candidat donnerait une performance qui se rapproche autant de celle du champion.

Sans parti pris, quiconque pouvait remarquer la supériorité du Nordiste de 22 ans sur la douzaine de finalistes, ce, les deux catégories confondues. Son texte « Tu m’embarrasses » racontant les déboires d’un amour-prison a de quoi s’introduire dans les charts dans l’Hexagone. Non seulement le texte fait preuve d’une parfaite maîtrise de la langue de l’illustre Rimbaud par le compositeur, mais encore son idée de le livrer sur du « trap soul » traduit, si ce n’est de l’audace, un peu de génie de la part de l’étudiant en musique à l’Université chrétienne du Nord d’Haïti. On dirait carrément un morceau de MHD ou d’autres étoiles montantes du firmament francophone.

« Que du bonheur, de la joie d’avoir remporté un concours dont je n’ai pris connaissance que grâce à mon frère », confie le deuxième des 3 enfants de sa famille. Il concède n’avoir pas été sûr de sa victoire. Il projette de sortir une mixtape sous peu.

Son ambition de carrière est de s’offrir le monde grâce à la chanson, lui qui idéalise des célébrités dont Bélo, Jason Derulo, Chris Brown ou encore Kirk Franklin. « Remporter ce concours, dit-il, est un grand pas dans ma carrière. Et j’espère que cela me permettra de voler très haut », a-t-il dit.

Loutchina Décius n’a que 16 ans et pourtant elle compte déjà à son actif une belle carrière de jeune chanteuse. En 2011, elle a rafflé haut la main le concours « Soleil d’été ». Comme pour le capois, la Carrefouroise ignorait bien l’existence du concours mis sur pied depuis 3 ans par l’Institut français. « C’est, dit-elle, la directrice de mon école Sainte Thérèse de l’enfant Jésus qui m’a appris l’existence de ce concours ». La lauréate de la catégorie « interprète » a choisi « Comme un fils » de Corneille parce que selon ses mots cette chanson lui parle beaucoup. « Je suis à l’aise. Je suis comme habitée à chaque fois que j’écoute ou que j’interprète ce morceau », confie la 4e des 6 enfants de sa tribu.

« Je suis fière de moi, je me réjouis une fois de plus de renouer avec le succès », nous lance t-elle peu de temps après avoir reçu son paquet de primes.

L’écolière en classe de seconde se souhaite une carrière à la Maggie Blanchard, c’est-à-dire strictement dans le milieu évangélique. « Mon idéal, dit-elle, c’est que grâce à ma voix le monde se convertisse et se rende compte que le Seigneur est le seul sauveur de l’humanité ».

Un album d’ici la fin de l’année ou au début de 2019, c’est le projet de la jeune chanteuse qui encourage d’autres jeunes à participer à « Chanson francophone » qui peut servir selon elle de tremplin pour lancer véritablement une carrière.

La soirée très animée s’est bouclée sans que les organisateurs aient à déplorer l’attitude de mauvais perdants. Jean Mathiot nous assure que Samuel Joseph recevra ultérieurement son paquet, au même titre que les deux lauréats. Dès lors le cap est mis sur la prochaine édition de « Chanson francophone »


Donnez votre opinion

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.


VIBRASYON FM LIVE

En direct 24/7h depuis Santiago Chile.

Current track
TITLE
ARTIST

Background