A la Une: deux semaines sans nouvelles du journaliste haïtien Vladjimir Legagneur

Publié par le 29 mars 2018

Ce mercredi, cela fait exactement deux semaines que Vladjimir Legagneur a disparu. Ce photojournaliste, âgé de 30 ans, effectuait un reportage à Grand-Ravine, dans le quartier de Martissant, dans le sud de Port-au-Prince.

« La disparition du photojournaliste a été signalée par sa femme le 16 mars auprès de la Direction centrale de la police judiciaire, qui a affirmé avoir ouvert une enquête à ce sujet. Depuis lors, plusieurs associations de médias, de journalistes et des organisations de droits humains réclament une enquête approfondie, sérieuse et diligente pour retrouver Legagneur », rappelle l’agence en ligne Alterpresse.

A ce propos une marche blanche est aujourd’hui organisée dans la capitale haïtienne. Elle part ce matin du Champ de Mars pour finir devant le parquet de Port-au-Prince. Les proches et confrères de Vladjimir Legagneur « dénoncent la passivité du gouvernement et des autorités haïtiennes face à la disparition du journaliste », explique le Miami Herald. « Nous n’avons aucune information pour savoir si Vladjimir est vivant ou mort et si il est mort, dans quelles circonstances il est décédé », constate l’un des organisateurs de la marche dans les colonnes du journal. « Aucun quartier en Haïti ne devrait être une zone de non-droit ».

« Pourtant Grand-Ravine, où a disparu Vladjimir Legagneur, semble être exactement cela, même pour la police nationale haïtienne », écrit le Miami Herald. « Le 13 novembre dernier, des centaines d’officiers de la PNH, appuyés par la Mission des Nations unies pour le soutien à la Justice en Haïti, avaient mené une opération anti-gang à Grand-Ravine. Opération qui s’est soldée par la mort de deux policiers et de plusieurs civiles », rappelle la correspondante du journal. « La mission onusienne avait condamné ces violences et réclamé une enquête judiciaire – un appel qui n’a pas été suivi d’effets ».

Sous pression, la Police nationale haïtienne promet de « pacifier Grand-Ravine ».Son directeur général, Michel-Ange Gédéon, s’exprime aujourd’hui dans Le Nouvelliste. « La seule garantie que je peux donner, aussi difficile que puisse être cette zone, c’est que nous nous donnons comme obligation de pacifier ce quartier », affirme-t-il.

Selon le chef de la police, la PNH dispose d’éléments précis sur la disparition de Vladjimir Legagneur mais se refuse à les communiquer car l’enquête, y compris à Grand-Ravine, est en cours. Et Le Nouvelliste de conclure : « Jusqu’à la découverte du corps de Vladjimir Legagneur, la police considère que le journaliste est encore en vie, malgré des informations laissant croire le contraire ».

 


Donnez votre opinion

Laissez un Commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.


VIBRASYON FM LIVE

En direct 24/7h depuis Santiago Chile.

Current track
TITLE
ARTIST

Background